Chroniques·Films·Livres·Musique

Lemonade Mouth – Mark Peter Hughes

Il faut commencer par une confession. Disney Channel vient de fêter son 100ème DCOM (Disney Channel Original Movie) et prise de curiosité, j’ai été voir la liste des films en question… Et j’ai vu (et même apprécié) presque 30% de leur production. Voilà, c’est dit j’aime les films Disney où tout le monde chante sans qu’on sache trop pourquoi, où les personnages s’embrassent du bout des lèvres et leur sens bien particulier de la mode.


De tous ces films, mon préféré reste Lemonade Mouth (je parle objectivement parce que High School Musical reste hors catégorie). Il aborde des thèmes que l’on voit rarement dans ce genre de film, les musiques sont vraiment bien et la réalisation a été très bien pensée (et ils sont habillé presque normalement). C’est là que se pose l’épineux problème des adaptations. Ma méthode personnelle est de regarder le film avant de lire le livre, de cette manière je suis plus objective sur le film et moins déçue. Parce que non, toutes les adaptations ne sont pas nulles et non le bouquin n’est pas forcément mieux.

Mais je suis ici avant tout pour vous parler du livre et non de son adaptation. J’avais très envie de le lire depuis très longtemps et encore plus quand l’auteur a publié une suite il y a deux ou trois ans. J’ai donc enfin pris mon courage à deux mains et j’ai commandé l’ouvrage en anglais car même si dans mes souvenirs j’avais vu une traduction française en librairie je n’ai jamais pu la retrouver (je l’ai donc probablement rêvée). Le livre est donc arrivé… Et j’ai mis beaucoup de temps à l’ouvrir. Mais une fois commencé, le terminer n’a pas été un problème bien au contraire c’est passé bien trop vite !


Mais qu’est-ce que ça raconte ?

Olivia, Wren, Charlie, Mo et Stella sont des « juniors » (ils ont 14/15 ans) dans un lycée de Rhode Island et ils ne se connaissent pas. Le destin va les réunir en salle de colle où ils vont se découvrir une vraie harmonie musicale au détour du ploc ploc d’une fuite d’eau et d’une chanson publicitaire pour dentifrice.


Bon vous vous doutez bien qu’ils ne vont pas se contenter de cette première expérience. L’histoire nous est narré à travers plusieurs témoignages que la meilleur amie de Mo, journaliste en herbe, a décidé de réunir pour transmettre à tout le monde la glorieuse histoire de l’ascension et la chute de Lemonade Mouth.

Tout l’histoire est écrite comme une fausse biographie du groupe par ceux qu’il l’on vécut et sur l’initiative d’un personnage secondaire. Cette alternance de point de vue permet d’avoir une vue à 360° de certaines situations clés comme leur premier concert. On  a des textes très courts qui passent d’un individu à l’autre et nous donne une réelle impression d’y avoir été.

C’est un peu difficile pour moi de vous chroniquer un livre que j’ai lu en VO parce que je suis sure d’être passée à côté de plein de choses très intéressantes que je vais juste ne pas avoir comprises. Mais pour ce que j’ai perçu l’histoire est très bien raconté et ne perds pas une seule fois de son intérêt. Quand ce n’est pas un rebondissement pour le groupe, c’est un des membres qui vit une aventure personnelle importante et qui soulève des tas de problèmes intéressants. J’ai particulièrement aimé l’histoire de Mo (que j’aimais déjà beaucoup dans le film) : c’est un situation que l’on trouve assez souvent dans les histoires américaines, le personnage tiraillé entre deux cultures celle de ses parents (ici indien) et l’envie d’être un lycéenne américaine normale. Mais au fur et à mesure des pages on  se rend compte que c’est principalement elle qui se met la pression toute seule et que ses parents veulent avant tout son bonheur.

En conclusion

Un livre drôle amusant volontairement à l’image de ses personnages : bizarre. C’est volontairement décalé et très bien rythmé.

Alors si vous n’avez pas peur de la langue de Virginia Woolf (première auteure américaine à laquelle j’ai pensé ne me demandez pas pourquoi) et que vous voulez passer un bon moment avec des lycéens haut en couleur, foncez !


lemonade-mouth
Titre : Lemonade Mouth
Auteur : Mark Peter Hughes
Éditions : Editions Delacorte BooksGenre : Jeunesse, musique, roman d’amité
Nombre de pages : 302
18

 

 


Note : Un deuxième tome est paru environ un an après la diffusion du film. Il correspond à la suite du tome 1 et non à la suite du film. Je l’ai lu également et tous les points de la chronique s’appliquent au deuxième. Bref, il est aussi bien et n’hésitez pas à regarder le film pour comprendre les petits clins d’œil très drôle.

 

Publicités
Livres·Musique

Tag PKJ – La musique

1) Lisez-vous en musique ?

Oui, la plupart du temps. Je ne suis pas une grande fan du silence

2) Si oui, quelle est votre lecture du moment et quelle(s) chanson(s) vous accompagne(nt)?

En ce moment je lis Vampire Academy, tome 2 tout en écoutant la B.O. de Vaiana. Le contraste entre les deux est énorme, je sais, mais c’est comme ça (le livre se passe en plein hiver dans une station de ski et Vaiana… donne envie de se dorer la pilule en Polynésie).

3) Citez un roman qui parle de musique.

Lemonade Mouth de Mark Peter Hughes (l’article est même prêt, je n’ai plus qu’a le relire !)

4) Citez un héros/une héroïne de roman qui chante.

Brit dans Les coeurs félés de Gayle Forman

5) Avez-vous des souvenirs livresques associés à de la musique (une chanson qui vous fait penser à un livre…)?

David Bowie – « Heroes »et Le monde de Charlie de Stephen Chbosky. J’ai lu le livre après avoir vu le film et j’ai eu cette chanson avec moi pendant toute ma lecture.

6) Citez un livre dont le titre évoque la musique.

(Re)play ! de Jean-Philippe Blondel

7) Citez un livre dont la couverture est explicitement musicale.

Lemonade Mouth : Puckers Up de Mark Peter Hughes (c’est pas le même livre c’est la suite)

8) Citez un personnage de livre qui joue d’un instrument de musique.

Simon Lewis dans la série de Cassandra Clare, La cité des ténèbres.

9) Citez un roman pour lequel l’auteur propose une playlist.

Impossible de retrouvé le titre de ce livre, ne ce qu’il racontait d’ailleurs du coup pour cette question je sèche !

Chroniques Sérivores·Séries

Lovesick

lovesick_orig

Il parait que quand je commence à parler de série télé je ne m’arrête plus. Je ne nierais pas cette information ni la confirmerais.

Cependant après mon pavé sur Gilmore Girl j’ai ressenti le besoin de me lancer dans un article plus court et plus léger (ok : surtout plus court) que j’écrirai en peu de temps. Et quoi de mieux pour écrire court et léger qu’une série elle même courte et légère ?

Lovesick, moi je l’ai toujours connu sous ce nom. Mais pour les anglais ça s’appelait « Scrotal Recall » et je serais incapable de vous le traduire. Disons juste que ça n’a pas aidé la série parce qu’avec un nom pareil ça donne pas spécialement envie à nos amis anglophone. Mais que nenni Netfix est passé par là, en a eu marre qu’on se moque de lui et hop ! Il a changé le nom. Bon ça a pas mal perturbé les british mais finalement ils s’y sont fait.


Mais qu’est-ce que c’est ?

C’est l’histoire d’un mec qui a la chlamydia et qui doit donc recontacter toutes ses anciennes conquêtes pour les prévenir qu’elles sont, elle aussi, peut être malade.

Tout repose sur un principe très simple : un épisode égal à une ex (dont le nom correspond au titre). Le jeu est alors de deviner qui va être « l’heureuse gagnante » et croyez-moi ce n’est pas toujours simple. On se retrouve donc avec une série bourré de flash-back qui ont pour but de nous faire comprendre l’évolution de la situation de Dylan mais aussi de ses deux colocataires.

Ce qui fait que ça marche c’est le ton de la série. on est pas dans de l’humour facile et un peu sale. C’est souvent drôle mais c’est surtout souvent très touchant. On s’attache tellement rapidement aux personnages qu’on s’en rend même pas compte. Je pense sans mentir dire que ce trio là, je l’ai aimé dès la première minute. Dylan le mec qui a pas de bol mais qui fait pas grand chose pour en avoir non plus, Evie qui se bat tous les jours pour survivre avec des amis pareils et Luke le tombeur posh qui se dévoile avec tant de sincérité dans la saison 2. Ces trois là  il y a quelque chose de magique entre eux.

Comme je disais ce qui en fait une série à part c’est le principe qui change d’une série plus « classique ». On sent que la série a été pensée en saison et non en terme de diffusion (avec les contraintes de hiatus, les commande de demi-saison en attendant les audiences etc.) et puis pour en rajouter c’est anglais et ça ne se passe pas à Londres. Ça peut paraître dérisoire mais ça autant de bien qu’une série qui se passe en France mais pas à Paris.

Alors voilà, Lovesick c’est tout ça à la fois : c’est rafraichissant, parfois émouvant souvent très drôle et après deux saisons ça donne le sentiments qu’on vient de se faire une bande d’amis aux vies un peu hasardeuses mais tellement vraies.


Titre  : Lovesick (Scrotal Recall)

Type :  sitcom britannique

Nationalité : UK

Date  : 2014note-page001

Créateur : Tom Edge

diffuseur : Channel 4 (saison 1) / Netflix (saison 1&2).


Chroniques Sérivores·Séries

Gilmore Girls

« So…it’s a show? RORY: It’s a lifestyle. LORELAI: It’s a religion. » Saison 01 Épisode 14

Tout a commencé de façon plus ou moins anodine, suite au visionnage de cette vidéo, un des personnages m’a particulièrement frappée, pas l’oracle mais bien le pèlerin qui vient en quête de solution « Je suis une pauvre ex-étudiante au chômage et… ma maman me manques »  Et c’est là que la révélation s’est faite, en même temps que l’oracle présente son coffret DVD baigné d’un halo de lumière j’ai su qu’il fallait, moi aussi, que je me plonge dans le monde merveilleux des Gilmore. (Parce que oui, je suis une pauvre étudiante et que ma maman me manque parfois).

tumblr_nhjxqsizzt1ri30sgo5_400
Merci grand oracle pour ce conseil avisé

Est ensuite venu la partie technique : 7 saisons ça peut décourager et honnêtement c’est exactement ce que ça m’a fait. Et c’est là, environ 6 mois plus tard, que le dieu Netflix est entré dans ma vie avec la promesse des sept saisons disponibles et même d’une huitième inédite ! L’été arrivait et je savais alors quelle était ma mission.

C’est donc 2 mois et 500 sms envoyés à ma meilleure amie plus tard que je finissais ce marathon avec une seule hâte : être en novembre pour recommencer. Lire la suite « Gilmore Girls »

Chroniques·Livres

Les amours de Laura Quick – Isabel Wolff

Laura Quick aime la culture générale. Comme la plupart des britanniques elle aime aussi les quiz entre copain dans les pubs, généralement autour d’une bière. Laura est mariée mais vit seule. Son mari est parti sans laisser de trace il y a trois ans. Entre temps elle est devenue la présentatrice d’un quizz télévisuel à succès et quand lors d’un enregistrement se présente son amour de fac elle pense avoir enfin le droit à sa seconde chance.

Lire la suite « Les amours de Laura Quick – Isabel Wolff »

Chroniques·Livres

Nous les menteurs – E. Lockhart

Cadence à 18 ans. Elle est malade, dépressive mais surtout c’est une Sinclair. Les Sinclair sont grands, beaux, fières et blancs. Ils se retrouvent tous les étés sur l’île privée du patriarche. La famille idéale du rêve américain dans toute sa splendeur. Alors quand arrive l’accident l’été de ces quinze ans tout change sans vraiment le faire.

Lire la suite « Nous les menteurs – E. Lockhart »