Les bonnes nouvelles de la semaine·Livres·Musique·Séries

Les bonnes nouvelles de la semaine #3

Bon cette semaine c’est un peu plus calme mais ça risque de ne pas durer les upfronts arrivent…

Lire la suite « Les bonnes nouvelles de la semaine #3 »

Publicités
Les bonnes nouvelles de la semaine·Livres·Musique·Séries

Les bonnes nouvelles de la semaine #1

Je tente un nouveau format qui, je pense, me correspond plus. Je vous délivrerais donc tous les samedis les bonnes nouvelles de mon monde culturel parce les bonnes nouvelles ça fait toujours plaisir !

Côté musique
  • Beth Ditto fait son retour avec un morceau énergique qui donne envie très envie d’en entendre plus. Pour écouter « Fire » c’est ici.
Côté série
Côté Netflix
  • La deuxième partie de The Get Down débarque sur Netflix  et va mettre du bon son dans vos oreilles et plein d’étoiles dans vos yeux.  Oscillant entre success-story, drame et comédie musicale, le bébé de Baz Luhrmann n’a pas fini de vous étonner.
  • La deuxième saison de « Chewing Gum » est aussi disponible !
  • Le bestseller américain 13 reasons why a lui aussi débarqué sur Netflix et a tout renversé sur son passage. Un drame engagé très bien mené par des acteurs incroyables et une histoire qui ne peut laisser personne indiffèrent. A voir absolument. (Attention tout de même au sujet très durs abordés par le scénario qui peuvent choquer)

c80x1vhxcaafqv_

Coté livre
c8p3pmixcaacj5n

Hachette vient d’annoncer la sortie du 11ème tome de Journal d’une princesse ! L’héroïne de votre préadolescence (si vous avez mon âge) revient six ans après le tome final de la saga pour nous raconter son mariage. Voulu comme un livre pour adulte par l’auteure, on peut se demander au vu de la couverture française si ce parti pris va bien être respecté…

Chroniques Sérivores·Séries

Lovesick

lovesick_orig

Il parait que quand je commence à parler de série télé je ne m’arrête plus. Je ne nierais pas cette information ni la confirmerais.

Cependant après mon pavé sur Gilmore Girl j’ai ressenti le besoin de me lancer dans un article plus court et plus léger (ok : surtout plus court) que j’écrirai en peu de temps. Et quoi de mieux pour écrire court et léger qu’une série elle même courte et légère ?

Lovesick, moi je l’ai toujours connu sous ce nom. Mais pour les anglais ça s’appelait « Scrotal Recall » et je serais incapable de vous le traduire. Disons juste que ça n’a pas aidé la série parce qu’avec un nom pareil ça donne pas spécialement envie à nos amis anglophone. Mais que nenni Netfix est passé par là, en a eu marre qu’on se moque de lui et hop ! Il a changé le nom. Bon ça a pas mal perturbé les british mais finalement ils s’y sont fait.


Mais qu’est-ce que c’est ?

C’est l’histoire d’un mec qui a la chlamydia et qui doit donc recontacter toutes ses anciennes conquêtes pour les prévenir qu’elles sont, elle aussi, peut être malade.

Tout repose sur un principe très simple : un épisode égal à une ex (dont le nom correspond au titre). Le jeu est alors de deviner qui va être « l’heureuse gagnante » et croyez-moi ce n’est pas toujours simple. On se retrouve donc avec une série bourré de flash-back qui ont pour but de nous faire comprendre l’évolution de la situation de Dylan mais aussi de ses deux colocataires.

Ce qui fait que ça marche c’est le ton de la série. on est pas dans de l’humour facile et un peu sale. C’est souvent drôle mais c’est surtout souvent très touchant. On s’attache tellement rapidement aux personnages qu’on s’en rend même pas compte. Je pense sans mentir dire que ce trio là, je l’ai aimé dès la première minute. Dylan le mec qui a pas de bol mais qui fait pas grand chose pour en avoir non plus, Evie qui se bat tous les jours pour survivre avec des amis pareils et Luke le tombeur posh qui se dévoile avec tant de sincérité dans la saison 2. Ces trois là  il y a quelque chose de magique entre eux.

Comme je disais ce qui en fait une série à part c’est le principe qui change d’une série plus « classique ». On sent que la série a été pensée en saison et non en terme de diffusion (avec les contraintes de hiatus, les commande de demi-saison en attendant les audiences etc.) et puis pour en rajouter c’est anglais et ça ne se passe pas à Londres. Ça peut paraître dérisoire mais ça autant de bien qu’une série qui se passe en France mais pas à Paris.

Alors voilà, Lovesick c’est tout ça à la fois : c’est rafraichissant, parfois émouvant souvent très drôle et après deux saisons ça donne le sentiments qu’on vient de se faire une bande d’amis aux vies un peu hasardeuses mais tellement vraies.


Titre  : Lovesick (Scrotal Recall)

Type :  sitcom britannique

Nationalité : UK

Date  : 2014note-page001

Créateur : Tom Edge

diffuseur : Channel 4 (saison 1) / Netflix (saison 1&2).