Chroniques Sérivores·Séries

The Royals

theroyals_s3_desktop_showdetail_2560x1450_1280x725_825120835879

En mars 2014 la chaine américaine E! fait surprise en annonçant sa première série de fiction. En effet la chaine a fait sa réputation depuis de nombreuses années sur des programmes de téléréalité dont la désormais culte famille Kardashian. Voulant, elle aussi, surfer sur la vague de la fiction pour ado elle frappe un grand coup en proposant une fiction qui se veut à l’image de la chaine : sexy et scandaleuse.

Lire la suite « The Royals »

Publicités
Chroniques Sérivores·Séries

Lovesick

lovesick_orig

Il parait que quand je commence à parler de série télé je ne m’arrête plus. Je ne nierais pas cette information ni la confirmerais.

Cependant après mon pavé sur Gilmore Girl j’ai ressenti le besoin de me lancer dans un article plus court et plus léger (ok : surtout plus court) que j’écrirai en peu de temps. Et quoi de mieux pour écrire court et léger qu’une série elle même courte et légère ?

Lovesick, moi je l’ai toujours connu sous ce nom. Mais pour les anglais ça s’appelait « Scrotal Recall » et je serais incapable de vous le traduire. Disons juste que ça n’a pas aidé la série parce qu’avec un nom pareil ça donne pas spécialement envie à nos amis anglophone. Mais que nenni Netfix est passé par là, en a eu marre qu’on se moque de lui et hop ! Il a changé le nom. Bon ça a pas mal perturbé les british mais finalement ils s’y sont fait.


Mais qu’est-ce que c’est ?

C’est l’histoire d’un mec qui a la chlamydia et qui doit donc recontacter toutes ses anciennes conquêtes pour les prévenir qu’elles sont, elle aussi, peut être malade.

Tout repose sur un principe très simple : un épisode égal à une ex (dont le nom correspond au titre). Le jeu est alors de deviner qui va être « l’heureuse gagnante » et croyez-moi ce n’est pas toujours simple. On se retrouve donc avec une série bourré de flash-back qui ont pour but de nous faire comprendre l’évolution de la situation de Dylan mais aussi de ses deux colocataires.

Ce qui fait que ça marche c’est le ton de la série. on est pas dans de l’humour facile et un peu sale. C’est souvent drôle mais c’est surtout souvent très touchant. On s’attache tellement rapidement aux personnages qu’on s’en rend même pas compte. Je pense sans mentir dire que ce trio là, je l’ai aimé dès la première minute. Dylan le mec qui a pas de bol mais qui fait pas grand chose pour en avoir non plus, Evie qui se bat tous les jours pour survivre avec des amis pareils et Luke le tombeur posh qui se dévoile avec tant de sincérité dans la saison 2. Ces trois là  il y a quelque chose de magique entre eux.

Comme je disais ce qui en fait une série à part c’est le principe qui change d’une série plus « classique ». On sent que la série a été pensée en saison et non en terme de diffusion (avec les contraintes de hiatus, les commande de demi-saison en attendant les audiences etc.) et puis pour en rajouter c’est anglais et ça ne se passe pas à Londres. Ça peut paraître dérisoire mais ça autant de bien qu’une série qui se passe en France mais pas à Paris.

Alors voilà, Lovesick c’est tout ça à la fois : c’est rafraichissant, parfois émouvant souvent très drôle et après deux saisons ça donne le sentiments qu’on vient de se faire une bande d’amis aux vies un peu hasardeuses mais tellement vraies.


Titre  : Lovesick (Scrotal Recall)

Type :  sitcom britannique

Nationalité : UK

Date  : 2014note-page001

Créateur : Tom Edge

diffuseur : Channel 4 (saison 1) / Netflix (saison 1&2).


Chroniques Sérivores·Séries

Gilmore Girls

« So…it’s a show? RORY: It’s a lifestyle. LORELAI: It’s a religion. » Saison 01 Épisode 14

Tout a commencé de façon plus ou moins anodine, suite au visionnage de cette vidéo, un des personnages m’a particulièrement frappée, pas l’oracle mais bien le pèlerin qui vient en quête de solution « Je suis une pauvre ex-étudiante au chômage et… ma maman me manques »  Et c’est là que la révélation s’est faite, en même temps que l’oracle présente son coffret DVD baigné d’un halo de lumière j’ai su qu’il fallait, moi aussi, que je me plonge dans le monde merveilleux des Gilmore. (Parce que oui, je suis une pauvre étudiante et que ma maman me manque parfois).

tumblr_nhjxqsizzt1ri30sgo5_400
Merci grand oracle pour ce conseil avisé

Est ensuite venu la partie technique : 7 saisons ça peut décourager et honnêtement c’est exactement ce que ça m’a fait. Et c’est là, environ 6 mois plus tard, que le dieu Netflix est entré dans ma vie avec la promesse des sept saisons disponibles et même d’une huitième inédite ! L’été arrivait et je savais alors quelle était ma mission.

C’est donc 2 mois et 500 sms envoyés à ma meilleure amie plus tard que je finissais ce marathon avec une seule hâte : être en novembre pour recommencer. Lire la suite « Gilmore Girls »